7 Wonders

juil 1
Posted by

On ne se mouillera pas trop en vous proposant 7 Wonders comme jeu de la semaine ; il a reçu tellement de prix de par le monde entier que ses qualités sont d’ores et déjà reconnues. Que pourrions-nous dire de plus que ce qui a déjà été dit? Il reste que ce jeu est une vraie réussite et qu’il serait dommage de passer à côté. Alors nous allons nous faire un plaisir de vous le présenter. 7 Wonders est un jeu de monsieur Antoine Bauza, sorti en 2010 chez Repos Prod et ayant connu plusieurs ré-éditions depuis, sous les pinceaux du très talentueux Miguel Coimbra. Le jeu est fait pour 3 à 7 joueurs (une variante 2 joueurs est proposée aussi), indiqué dès 10 ans (un petit peu moins est envisageable avec des enfants bien habitués au jeu), pour des parties d’une trentaine de minutes. Âge et durée, ainsi qu’un mécanisme de base assez simple, en font un jeu accessible, pas du tout réservé aux gros joueurs, mais qui démontre une grande variété et une jolie profondeur tactique.

Dans 7 Wonders, chaque joueur prend en main le destin d’une civilisation antique avec comme but de devenir la plus influente au terme des trois âges qui vont constituer la partie. C’est grâce à des cartes que les joueurs vont développer ressources, constructions et évolutions diverses afin de s’imposer et les points seront marqués dans des domaines variés (finances, prestige, guerre, science, commerce, etc.) Tout le matériel est magnifiquement illustré et cela donne immédiatement un plaisir certain à jouer. A l’ouverture de la boîte, vous trouverez :

  • 7 plateaux individuels de merveilles,
  • 3 paquets de cartes correspondants aux 3 âges,
  • des pièces de monnaie,
  • des jetons,
  • un bloc de score,
  • la règle du jeu (une page de règles en version vite lues, et un livret avec des exemples rentrant dans les détails).

On distribue tout d’abord à chaque joueur l’un des 7 plateaux individuels, au hasard, représentant chacun l’une des 7 merveilles du monde, ainsi que 3 pièces d’or. Les plateaux sont recto-verso, avec des capacités différentes de chaque côté. Les joueurs débutants préfèreront la face A, généralement plus simple à utiliser. On va ensuite distribuer les cartes de l’âge 1 entre les joueurs (à noter que le nombre de cartes par âge dépend du nombre de joueurs et qu’il faudra en retirer si l’on joue à moins de 7) ; chaque joueur aura ainsi en main 7 cartes. Il va en sélectionner une qu’il va poser face cachée devant lui puis passer le reste de sa main de cartes à son voisin. Chacun va ensuite effectuer en même temps l’action de la carte qu’il a sélectionnée avant d’en choisir une nouvelle parmi celles que son voisin lui a transmises. Ce système dit de « draft » existe dans pas mal de jeux, mais 7 Wonders a grandement participé à le remettre sur le devant de la scène et à le populariser. Il permet de varier sa main, de sélectionner à chaque tour une carte au sein d’une nouvelle série, mais aussi de sélectionner une carte en fonction du ou des joueurs suivants en tentant de les bloquer ou de les ennuyer.

Nous avons donc dit que chaque joueur effectuait en même temps une action avec sa carte sélectionnée, alors revenons plus en détails sur ce que l’on peut faire avec ces cartes. Il y a en fait 3 actions possibles :

  • Construire la carte. Il est possible de construire la carte en question. Une carte peut être un bâtiment, une exploitation, un monument, une guilde, etc. Chacune a un coût de construction (sur certaines cartes du 1er âge, ce coût est nul) en ressources. En effet, le jeu tourne autour des besoins en diverses ressources telles que la pierre, la brique, le bois, le minerai, le tissu, le parchemin, le verre, etc. Chaque merveille produit une ressource de base, indiquée dans son coin supérieur gauche. Par la suite, avec l’adjonction de nouveaux bâtiments ou lieux, le joueur produira de nouvelles ressources lui permettant de construire davantage. Je ne pourrai donc pas construire un bâtiment si je ne produis pas les ressources nécessaires ; à moins de les acheter à l’un de mes deux voisins directs au coût de 2 pièces pour une ressource.
  • Construire une étape de sa merveille. Les merveilles ont en général trois étapes de construction, chacune avec son coût de construction indiqué sur le plateau individuel. Je peux donc garder ma carte face cachée et la glisser partiellement sous mon plateau individuel pour construire l’une de ces étapes (dans l’ordre), pour peu que je produise les ressources nécessaires ou que je les achètes à l’un de mes deux voisins.
  • Défausser. Il est possible de défausser la carte en question pour ainsi gagner 3 pièces.

Ainsi, au fur et à mesure des tours, la civilisation de chaque joueur va s’agrandir, se renforcer et se diversifier.Chaque carte apporte son petit effet. Certaines vont produire des ressources, d’autres vont augmenter la renommée du joueur, sa capacité à commercer, ou sa force militaire, tandis que d’autres encore vont développer ses connaissances scientifiques. A noter qu’il est possible de construire certains bâtiments par « chaînage », à savoir que si l’on dispose du bâtiment A, il n’y aura pas besoin de payer le coût de construction pour le bâtiment B.

Au sixième tour, chaque joueur aura 2 cartes en main. Il en sélectionnera une et défaussera la dernière. Après avoir joué cette dernière carte vient le temps de la guerre. Chaque joueur va comparer la force de ses armées avec celle de ses voisins et récolter en fonction des pions de victoire ou de défaite.

On va ensuite distribuer les cartes de l’âge 2 et procéder de la même manière. Les cartes seront plus chères, mais aussi plus puissantes. Puis viendra le 3ème âge, fonctionnant de la même manière, avant que n’arrive le décompte des points. Et c’est là que l’on comprend tout le sel du jeu, car les points peuvent se marquer dans de nombreux domaines :

  • Les jetons victoire et défaite des combats à la fin de chaque âge vont apporter des points en plus ou en moins.
  • Vous pourrez marquer des points en fonction de la somme possédée en fin de partie.
  • Les merveilles rapportent des points de victoire en fonction du nombre d’étapes construites.
  • Il existe des bâtiments de prestige, civils, sans autre effet que celui de rapporter des points de victoire.
  • Certaines cartes de commerce vous rapportent des points.
  • Il y a des guildes, à l’âge 3, qui peuvent rapporter des points.
  • L’accumulation de recherches et d’avancées scientifiques vous rapportera aussi des points.

Et on ne peut pas être bon partout. En fonction de votre merveille, des cartes dont vous disposerez, mais aussi des choix effectués par les autres joueurs, vous devrez partir dans une ou plusieurs de ces directions, mais vous ne pourrez pas tout faire. A vous de choisir au mieux pour augmenter votre renommée tout en sabrant les ambitions de vos adversaires. les choix sont multiples, et il faudra sans cesse vous adapter à ce qui se passe autour de vous, en particulier vos deux voisins directs.

7 Wonders se base sur un mécanisme relativement simple (choisir une carte puis l’utiliser pour faire une action parmi 3 possibles). Il offre cependant une richesse rare pour un jeu qui n’est pas trop long et qui reste très accessible. Les parties sont variées et le plaisir sans cesse renouvelé. Vos premières parties dépasseront sans doute un peu le temps annoncé sur la boîte, jusqu’à ce que vous maitrisiez un peu les diverses cartes, mais cela n’est absolument pas rédhibitoire.

A noter que 7 Wonders dispose déjà de plusieurs extensions, succès oblige ; nous ne les avons pas au Dé Blanc, mais si vous comptez acheter le jeu elles pourront sans doute vous permettre de le développer. Leaders ajoute des dirigeants aux pouvoirs variés, tandis que Cities ajoute une série de cartes noires orientées vers les coups fourrés. Le Wonders Pack rajoute quelques merveilles. Il existe également pas mal de merveilles et de variantes sur internet.

Succès aussi bien critique que public, 7 Wonders est devenu l’un des grands classiques du jeu de société moderne. Nous ne pouvons que vous inviter à le découvrir par vous-même. Il mérite sa place de choix dans toute ludothèque.

 

Quelques liens :

chez Repos Prod

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

La règle en vidéo

%d blogueurs aiment cette page :