Andor

avr 22
Posted by

Non content d’avoir reçu l’As d’Or – jeu de l’année 2013 dans la catégorie Familles, Andor est un jeu qui nous plaît beaucoup. Michael Menzel signe là son premier jeu en tant qu’auteur, même s’il est très reconnu comme illustrateur dans le milieu (et donc il a lui-même illustré celui-ci aussi). Ce jeu est sorti en 2012 chez Iello (et sa disponibilité a depuis été très variable au vu de son succès). Andor est conçu pour 2 à 4 joueurs, à partir de 10 ans (pas trop de problème pour jouer avec des plus jeunes, dès 8 ans), pour des parties d’environ 90 minutes (c’est assez long pour un jeu familial, mais le tout est vraiment prenant). Andor va vous emmener vivre de mystérieuses et passionnantes aventures sur un mode collaboratif, vous allez donc toutes et tous jouer ensemble contre le jeu.

Commençons par le commencement avec la découverte du matériel. La boîte magnifique déborde d’éléments divers et variées. Certes en empruntant le jeu à la ludothèque, vous n’aurez pas le plaisir du dépunchage, mais la boite comporte un très grand nombre de pions et jetons divers à préparer patiemment. En vrac on trouvera donc :

  • un plateau de jeu recto-verso (à ne poser au début que du côté recto pour ne pas se gâcher le plaisir de la découverte du jeu au fur et à mesure) ;
  • 4 fiches de héros recto-verso (personnages féminins et masculins à chaque fois) ;
  • de nombreux pions à l’effigie de héros, personnages ou monstres ;
  • des cartes de différents formats ;
  • quelques tuiles ;
  • de nombreux jetons ;
  • une série de dés de différentes couleurs ;
  • quelques pions et cubes ;
  • des livrets de règles.

Au vu de tout ce matériel, on pourrait prendre peur et redouter là un jeu complexe dont la simple explication des règles prendrait déjà bien longtemps. Ce n’est pas le cas. Une fois le matériel déballé, une partie de Andor peut commencer très rapidement. Il ne vous faudra lire que deux petites pages, abondamment illustrées, et dont une partie n’est qu’un texte d’ambiance, avant de vous plonger dans le bain. En effet, Andor fonctionne à la manière des jeux vidéo, avec ce que l’on pourrait donc appeler un « tutorial ». Au cours de la première mission du jeu, vous allez prendre en main le destin de vos héros, apprendre les règles de déplacement des personnages sur le plateau et d’activation des lieux rencontrés, rien de bien sorcier. Les choses vont ensuite se corser avec l’apparition de quelques monstres menaçants dans le royaume, monstres contre lesquels vous devrez lutter ; il s’agira de les éradiquer avant qu’ils n’aient pénétré dans le château, tout en portant un message à des alliés lointains ; ceci vous permettant de découvrir les règles de combat. Par la suite, sorcière, potions magiques, runes, alliés, adversaires dangereux, bâtiments divers, et autres éléments vont être intégrés au jeu de manière progressive. Inutile donc de lire de fastidieuses longues pages de règles avant de débuter une partie, celles-ci vous sont didactiquement expliquées tout au long du jeu en fonction des besoins.

Les personnages peuvent donc se déplacer sur le plateau, y combattre, y faire des rencontres, y commercer, et ainsi le temps passe. A la fin d’une journée, les adversaires vont aussi progresser selon un système fort bien conçu automatisant leurs actions, et la narration va avancer. Car oui vous vivez des aventures héroïques, des histoires, et au cours de celles-ci de nouveaux éléments peuvent bien entendu apparaître, que cela soir pour aider les héros ou pour rendre leur tâche plus difficile. Tout cela figure sur des cartes, un stock préparé pour chacune des quêtes à jouer, et il suffit de les lire à voix haute le moment venu pour découvrir les nouveaux ressorts de l’intrigue.

Andor est un jeu réellement prenant. Une fois l’aventure entamée, on n’aura de cesse que de sauver le royaume des forces du mal qui menacent, et les quêtes parfois difficiles qui sont proposées seront de véritables défis. A vous de discuter entre joueurs pour répartir au mieux vos forces et utiliser à bon escient vos pouvoirs, capacités spéciales et autres objets. L’aspect progressif est réellement brillant, et l’acquisition des règles tout en jouant au fur et à mesure des besoins rend le jeu extrêmement accessible. En plus de cela, Andor est absolument superbe. Plateau, cartes, pions, tout est illustré avec une minutie et un soin du détail qui flattent le regard et invitent encore davantage à partir à l’aventure sur les terres de ce royaume magique.

 

Quelques liens :

Andor sur le site de Iello

fiche Tric Trac

%d blogueurs aiment cette page :