Hawai

août 26
Posted by

Envie de partir pour Hawai, ses plages de sable blanc, son soleil insolent, ses surfeurs et ses danseuses? Très bien, c’est ce que vous propose Filosofia avec ce jeu de Gregory Daigle sorti en 2012 (2011 en allemand chez Schmidt), magnifiquement illustré par Dennis Lohausen. mais attention, pour accepter cette invitation, il vous faudra travailler, car ce jeu va vous demander de gérer votre communauté et construire des villages en profitant au mieux des ressources que l’île vous propose. Hawai est un passionnant jeu de gestion et de placement pour 2 à 5 joueurs à partir de 10 ans, avec des parties annoncées de 1h15 (comptez un peu plus pour la première, le temps d’assimiler le jeu). Dans ce jeu donc, chacun des joueurs prendra en main le destin d’un chef de tribu qui va aller acheter différentes ressources pour agrandir son village et en construire de nouveau. En fonction de leur contenu, ces villages rapporteront plus ou moins de points en fin de partie ; il y a également toute une série d’éléments permettant de gagner des points en cours de jeu. A la fin de la cinquième manche, le décompte final donnera le nom du vainqueur.

La très jolie boîte de Hawai invite certes à l’exotisme et au dépaysement de par son illustration. une fois ouverte, vous serez confronté au matériel important qui compose ce jeu, à savoir :

  • un plateau de jeu modulaire
  • des petits jetons dans un sac
  • de très nombreuses tuiles
  • des petits paravents et pions aux couleurs des joueurs

La mise en place peut être un peu fastidieuse, mais elle permet ensuite de tirer parti de ce jeu très sympathique. Il faut assembler le plateau de jeu, en y répartissant de manière aléatoire ses divers éléments ; cette disposition aléatoire des ressources apportera une variété des parties, puisque l’accès aux différentes zones sera plus ou moins difficile. Sur chaque zone, il faut ensuite empiler les 126 jetons représentant les divers produits que l’on peut acquérir. Il faut aussi tirer au hasard les coûts de ces différents produits. On dispose encore au hasard une série de petites îles. Chaque joueur va ensuite prendre le matériel à sa couleur, à savoir un coin (représentant la base de son plateau de jeu personnel qui sera amené à évoluer), une petite pirogue et les 3 pions, ainsi que 13 coquillages et 7 pieds (monnaies du jeu) ; en fonction du nombre de joueurs, chacun recevra aussi un certain nombre de fruits. Le grand chef est placé sur la plage du plateau de jeu. L’un des petits chefs est placé sur le 0 de la piste de score. L’autre servira à déterminer aléatoirement l’ordre de la première manche, puis servira à indiquer cet ordre en permanence.

Les coquillages servent de monnaie et seront donc utilisés pour acheter les divers produits que l’on souhaite acquérir. Les pieds représentent la capacité de déplacement de votre chef et seront utilisés pour rejoindre les différents lieux où acheter des biens. Les fruits peuvent être utilisés à la place des coquillages ou des pieds ; mais attention on ne peut pas mélanger (pour acheter un bien, ce sera tout en fruits ou tout en coquillages ; pour se déplacer tout en fruits ou tout en pieds).

Le jeu peut maintenant commencer. En commençant par le premier joueur et dans l’ordre de la manche, chaque joueur va effectuer une action, à savoir déplacer son grand chef sur une case du plateau et y acheter un produit. On va ainsi effectuer des tours de table dans l’ordre, chacun effectuant une action à chaque fois (déplacement+ achat). A son tour, un joueur peut décider de ne plus jouer pour cette manche et de passer  ; il prend son petit chef et le place sur la case qu’il désire pour l’ordre de jeu lors de la prochaine manche ; jouer en premier est un avantage, mais se placer en dernier rapporte davantage de points. Lorsque chaque joueur aura passé, on décomptera le nombre de carapaces de tortues récoltées pendant cette manche (en fonction des achats effectués). Ce nombre devra dépasser un certain seuil (qui change et augmente à chaque manche), et ceux qui dépassent le seuil marquent des points.

Pour faire une action, un chef va se déplacer. Il en coûtera un pied par case de déplacement (la diagonale est permise, et il en coûte un pied pour rester au même endroit). Revenir à la plage est gratuit (certaines actions se font de la plage). Une fois qu’un chef est arrivé à un endroit, il devra acheter le produit présent sur cette case (ou l’un des produits s’il y en a plusieurs).

Une fois sur une case, le joueur doit dépenser un certain nombre de coquillages pour faire son achat. Sur la case se trouvent entre un et trois jetons carapace indiquant un coût. Le joueur peut acheter le produit à l’un de ces coûts et prend alors la tuile correspondante à son achat ainsi que le jeton carapace. On peut bien entendu acheter uniquement les produits aux coûts les plus bas, mais il est alors difficile d’atteindre le seuil de fin de manche nécessaire pour marquer des points. Il est possible d’acheter un produit en payant le double de son coût, auquel cas le joueur tournera sa tuile à l’envers et obtiendra un effet plus puissant. Car oui, chaque produit acheté a un certain effet sur votre village. En achetant un produit, vous devez le mettre dans votre plateau individuel, soit pour agrandir un village existant soit pour en créer un nouveau (un village doit commencer avec une hutte). Sans rentrer dans les détails, voyons un peu quels sont les différents types d’éléments que l’on peut acheter…

  • Huttes. Indispensables pour commencer un nouveau village, les huttes peuvent être toutes simples ou alors donner des points de victoire, ou donner des avantages de commerce.
  • Fruits. il est possible de planter des arbres pour récolter des fruits. Avec une Irrigation dans le village, vous pouvez aussi marquer des points grâce à vos fruits.
  • Surfeur. il réduit le seuil à atteindre en fin de manche le seuil à atteindre en jetons de carapace pour marquer des points.
  • Tiki. Chaque village ne rapportera des points en fin de jeu que s’il atteint une certaine taille. Avec des tikis, cette taille minimum se réduit.
  • Les kahunas et les danseuses. Ils offrent des points de victoire supplémentaires en fonction du nombre de villages et de la taille de ceux-ci.
  • Pirogues. Acheter des pirogues plus grandes vous donnera davantage de liberté pour aller pêcher ou sur les petites îles.
  • Temples. Construire un temple pour un dieu permet d’obtenir certains avantages et bonus.
  • Pêche. Il est possible d’aller pêcher si on a de la place dans une pirogue et de rapporter ainsi plus de jetons carapace.
  • Îles. Une série de petites îles peut être atteinte en pirogue, offrant bonus et avantages divers.

Une fois que tous les joueurs ont passé, on vérifie les points marqués dans cette manche et on prépare la manche suivante. Après 5 manches, il y a un décompte final en fonction des villages constitués, et le joueur ayant le plus de points est déclaré vainqueur.

Hawai offre de nombreuses possibilités. En soit, le fait d’avoir une seule et unique action à effectuer é son tour n’est pas très compliqué. Mais le nombre d’actions possibles, le fait de bloquer les autres en achetant certains produits avant eux, le choix des produits à disposition ainsi que l’optimisation du déplacement pour ne pas dépenser trop de pieds, tout cela donne au jeu une grande richesse.Le système de pose d’ouvriers nous force à bien sélectionner les actions en fonction de la voie choisie pour gagner des points. Et les ressources limitées impliquent des choix draconiens.cela en fait un jeu tendu et prenant, où toute décision est importante.

Hawai est un très bon de gestion/pose d’ouvriers. De par son matériel magnifique et son thème exotique, il amène une bonne immersion. La mécanique simple est très bien pensée, tout en offrant un bon challenge. Bien que s’adressant à des joueurs un peu chevronnés, il n’est pas non plus dans la catégorie des très gros jeux de gestion et pourra donc séduire un public un peu plus vaste. Nous vous invitons donc à découvrir ce jeu passionnant.

 

Quelques liens :

Sur le site Filosofia

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

%d blogueurs aiment cette page :