Les Bâtisseurs – Moyen-Âge

juin 16
Posted by

Prix du jury au dernier As d’Or-Jeu de l’Année, Les Bâtisseurs est un grand succès (cette première boîte est sous-titrée « Moyen-Âge », la suite arrive avec « Antiquité »). Cette petite boîte constitue un choix idéal en ludothèque car elle permet à des gens peu joueurs de se familiariser sans peine à des systèmes de gestion de ressources et de pose d’ouvriers, une porte parfaite vers un monde de jeux plus complexes et plus riches. Sorti en 2013 chez Bombyx, ce jeu de Frédéric Henry illustré par Sabrina Miramon vous propose des parties d’environ 30 minutes pour 2 à 4 joueurs à partir de 10 ans (voir un peu moins avec des enfants joueurs aguerris). Il va vous proposer de recruter des ouvriers afin d’élever les plus belles constructions pour rapporter un maximum de points. Un format familial pour un jeu très bien conçu.

Les Bâtisseurs se trouve dans une petite boîte de métal bosselé, caractéristique de chez Bombyx. A l’intérieur, deux séries de cartes et des pièces en plastique pour représenter la monnaie. Les grandes cartes carrées représentent des bâtiments, en chantier sur une face et terminés sur l’autre. Les autres cartes sont les ouvriers. En début de partie, chaque joueur reçoit un ouvrier de type apprenti au hasard et des sous. On fait ensuite une pioche de bâtiments et une pioche d’ouvriers, et on révèle les 5 premiers de chacune. Chacun va jouer à tour de rôle en effectuant diverses actions parmi les quatre suivantes :

  • Ouvrir un chantier. Pour ce faire, le joueur prend simplement l’une des cartes bâtiments dévoilées et la place face chantier visible devant lui. Les bâtiments vont être plus ou moins complexes à réaliser, et rapporter dès lors plus ou moins de points de victoire et d’argent.
  • Recruter un ouvrier. De la même manière, un joueur peut recruter un ouvrier en le prenant parmi ceux exposés et en le plaçant devant lui. Il y a différents niveaux d’ouvriers, plus ou moins compétents, mais aussi plus ou moins chers à activer.
  • Envoyer un ouvrier sur un chantier. Un joueur peut envoyer un ouvrier qu’il a recruté sur un chantier qu’il a ouvert. Pour ce faire, il doit payer le coût d’activation de l’ouvrier et le placer à côté du chantier en question. Une fois un ouvrier mis sur un chantier, on ne peut pas l’enlever tant que le bâtiment n’est pas terminé. Envoyer plusieurs ouvriers sur le même chantier durant le même tour coûtera davantage d’actions.
  • Récolter de l’argent. Pour une action, on peut récupérer une pièce. Trois pièces pour deux actions et six pièces pour trois actions.

A son tour, un joueur a droit à trois actions gratuites. Il peut en faire davantage, mais toute action en plus lui coûtera cinq pièces, ce qui représente pas mal d’argent, surtout en début de partie.

Chaque bâtiment nécessite un certain nombre de ressources en pierre, bois, savoir et tuiles pour être terminé. Ces ressources sont amenées par les ouvriers, en fonction de leur niveau et de leurs compétences. Lorsque la somme des ressources affectées à un chantier par les ouvriers qui lui ont été attribués correspond aux ressources nécessaires pour la construction, le bâtiment est terminé. Le joueur prend alors à la banque le nombre de pièces indiqué par le bâtiment, renvoie ses ouvriers dans sa réserve, et retourne le bâtiment face terminé. Cela lui donne aussi des points de victoire indiqués sur la carte du bâtiment.

Certains bâtiments sont des machines. Une fois terminés, ils apportent des ressources gratuites à leur possesseur. On les attribue à un chantier comme des ouvriers, mais sans payer de coût d’activation.

La partie se déroule ainsi chacun son tour jusqu’à ce que l’un des joueurs obtienne 17 points de victoire. On finit alors le tour de table. Puis chacun additionne les points de victoire de ses bâtiments terminés, ajoutant 1 points par tranche de 10 pièces en sa possession. Le plus haut total l’emporte.

Les Bâtisseurs est très attrayant. D’une durée assez courte, avec des règles simples, des illustrations très agréables, une iconographie et un graphisme parfait pour les manipulations demandées, ce jeu atteint parfaitement son but. Il devient donc une très bonne introduction pour des gens peu/pas joueurs à l’univers des jeux de société moderne. Avec ses choix tactiques et sa gestion des ouvriers, il permet de découvrir les bases de jeux bien plus complexes. Les gros joueurs avides de gestion poussée n’y trouveront peut-être pas toujours leur compte, mais le grand public appréciera très probablement. N’hésitez pas à tester…

 

Quelques liens :

Sur le site de Bombyx

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

%d blogueurs aiment cette page :