Love Letter

juin 23
Posted by

Fer de lance d’une récente vague de jeux minimalistes japonais, Love Letter est un jeu de de Seiji Kanai sorti en 2012 au Japon et arrivé en français en 2013 sous la houlette de l’éditeur Filosofia (subissant au passage un grand changement visuel, avec un style d’illustrations complètement différent, au grand dam de certains puristes). Love Letter se joue de 2 à 4 (il est d’ailleurs intéressant dans toutes les configurations), pour des parties de 10-15 minutes. L’âge indiqué par l’éditeur est 14 ans (sans doute pour éviter tout accident avec les petits cubes que l’on trouve dans le sac), mais le jeu peut se jouer sans trop de problème dès 8-10 ans (âges que l’on retrouve sur Tric Trac et Boardgamegeek). Dans ce jeu, chaque joueur cherche à transmettre une lettre d’amour à la princesse. Pour ce faire, il va s’agir de faire passer ladite lettre entre les mains des différents habitants du château. A la fin de chaque manche, celui qui aura le personnage au rang le plus élevé (le plus proche de la princesse) marquera un point. Love Letter est un jeu rapide, tendu, sans temps morts, mêlant bluff, déduction et chance.

Love Letter fait donc partie d’une série à la mode de jeux minimalistes, dans le sens qu’ils se contentent d’un matériel extrêmement réduit. Celui-ci tient en 16 cartes, c’est tout. On trouvera malgré tout avec une règle de jeu bien entendu et une série de petits cubes servant à comptabiliser les points à chaque manche. Le tout serti dans un petit sachet velours pour mettre dans l’ambiance. En début de partie, on va écarter face cachée l’une des cartes du jeu pour mettre un peu d’incertitude (puisque chacun sait combien de cartes de chaque type sont présentes dans le paquet) ; à deux joueurs on en écartera encore trois de plus, mais faces visibles. Chaque joueur reçoit ensuite une carte. Sur chaque carte il y a un personnage, 8 personnages différents.

A son tour, un joueur va tirer une carte de la pioche puis poser devant lui l’une des deux cartes qu’il a en main. Il va effectuer l’effet du personnage qu’il vient de poser puis ce sera au joueur suivant de piocher une carte. Lorsque la pioche est vide à la fin du tour d’un joueur, la manche s’arrête. Chacun révèle sa carte et celui qui a le rang le plus élevé prend un marqueur pour comptabiliser un point. Certaines cartes permettent également d’éliminer directement un joueur adverse ; si à un moment il n’y a plus qu’un joueur autour de la table, il remporte aussi la manche et donc un point.

Les manches sont très courtes, de l’ordre de 2 minutes. On va donc facilement et rapidement les enchaîner jusqu’à ce qu’un joueur obtienne un nombre de points défini selon le nombre de participants. Il remportera alors la partie.

Love Letter peut paraître à première vue extrêmement simpliste et peu intéressant, basé sur la chance de la pioche et des cartes dont disposent les autres joueurs. mais quelques manches suffiront à vous faire découvrir tout le sel de la déduction et du bluff que recèle ce petit jeu bien plus malin qu’il n’y paraît. Avec sa durée très courte, il permet de se changer les idées entre deux plus grosses parties ou en attendant le joueur qui est en retard pour autre chose. Nous ne pouvons que vous le conseiller.
Quelques liens :

Sur le site Filosofia

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

%d blogueurs aiment cette page :