Maka Bana

août 18
Posted by

Sorti en 2003 chez Tilsit, ce jeu de François Haffner est revenu en 2013 chez Sweet November avec quelques modifications, et ce pour le plus grand plaisir de tout le monde vu qu’il s’agit d’un très bon jeu. Illustrée par Johann Aumaître et David Cochard, cette édition étend le jeu jusqu’à 6 joueurs; le minimum est de 3, dès 10 ans, pour des parties d’environ une heure. Maka Bana vous met dans la peau de promoteurs immobiliers qui veulent installer paillotes et clubs de plongée sur les plus belles plages afin de marquer un maximum de points. Il va falloir bluffer et deviner les coups des autres, tout en avançant au mieux de son côté.

Dans la très jolie boîte aux couleurs chatoyantes, on trouve un matériel de qualité qui plonge directement dans l’ambiance, à commencer par deux plateaux de jeu recto-verso (donc 4 plateaux de jeu en tout, selon le nombre de joueurs). A cela viennent s’ajouter toute une série de jolie petites figurines aux couleurs des joueurs représentant de sympathiques paillotes sur pilotis et des tikis. Et le tout est complété par une série de cartes, elles aussi aux couleurs des joueurs. Chacun va donc recevoir les figurines et cartes de sa couleur, et on va choisir le plateau adapté au nombre de joueurs ; chaque plateau contient une ou deux îles avec un total de plages égal au nombre de joueurs moins une.

Sur ces plages se trouvent des emplacements qu’il va donc falloir occuper avec nos paillotes afin de marquer un maximum de points. Chaque emplacement (case) est déterminé par trois indicateurs : le nom de la plage, le secteur (sable, rochers, lagon ou cocotier) et le type d’emplacement (fleur, poisson ou tatouage). A chaque plage, on trouve aussi un emplacement au milieu du lagon, dans l’eau, qui servira à construire non pas une paillote mais un club de plongée. Chaque joueur va ensuite pouvoir poser deux paillotes sur des emplacements de son choix. Ensuite le jeu va avancer en tours, avec toujours les 3 mêmes phases :

  • Chacun va tout d’abord préparer un projet de construction. ce choix se fait en secret et tout le monde joue en même temps. Le projet se fait en sélectionnant 3 ou 4 cartes et en les posant faces cachées devant nous. Si je veux construire une paillote, je vais sélectionner 3 cartes : une au nom de la plage, une avec le secteur et une avec le type d’emplacement (ceci indiquera donc sur quel emplacement je compte construire). Je peux aussi décider de construire un club de plongée sur une plage où je possède déjà au moins une paillote ; pour ce faire je mets une 4ème carte dans mon tas, celle indiquant la construction du club de plongée (chacun ne dispose que d’une seule carte de ce type et elle est défaussée une fois le club construit). Enfin, je peux repeindre une paillote adverse à ma couleur en choisissant les trois cartes indiquant l’emplacement de la paillote visée et en ajoutant une 4ème carte, celle indiquant la peinture (chacun dispose de 2 de ces cartes qui sont défaussées après une utilisation réussie). Chaque joueur révèle alors une des cartes de son projet de construction.
  • Ensuite, dans l’ordre du tour, chaque joueur va poser son tiki sur un emplacement libre du plateau. Il sera impossible de construire à ce tour sur l’emplacement en question. Et le tiki empêche aussi de repeindre les paillotes de sa couleur qui lui sont contiguës.
  • Enfin, dans l’ordre du tour, chaque joueur va révéler son projet de construction. Si aucun tiki ne le bloque, et si l’emplacement est toujours disponible, la construction se fait en posant une paillote sur la case concernée (aussi valable pour un club de plongée) ; dans le cas d’une peinture de paillote adverse, on remet celle-ci dans la réserve du jouer concernée et on place une des nôtres sur l’emplacement.

On vérifie alors si une condition de fin de partie est atteinte. Si ce n’est pas le cas, le jouer suivant dans l’ordre du tour devient premier joueur. Chacun récupère son tiki et ses cartes. Et un nouveau tour commence.

La partie s’arrête dès que tous les emplacements d’une plage sont occupés par des paillotes ou des tikis, ou si un joueur n’a plus qu’une seule paillote en réserve. Ceci déclenche alors un dernier tour de jeu pendant lequel on ne peut ni repeindre ni construire de club de plongée. Ensuite la partie s’arrête et on peut passer au décompte des points.

Pour chaque plage, le joueur qui a construit le plus de paillotes reçoit 4 points. Chaque paillote isolée rapporte 1 point, mais s’il y a des groupes de paillotes contiguës, leur valeur devient alors exponentielle. Les clubs de plongée rapportent des points en fonction du nombre de paillote de même couleur sur la plage.

Maka Bana est un très bon jeu. Il mêle habilement tactique, bluff et déduction. Lors de la phase du projet de construction, il faudra savoir choisir le bon projet pour optimiser son score sans pour autant être trop évident aux yeux des autres (le choix de la carte visible est fondamental). La pose des tikis permet de bloquer des adversaires ou de se protéger contre des coups de peinture trop agressifs. Elle change la stratégie et il faudra savoir lire le jeu des autres pour en profiter pleinement. Maka Bana est un jeu avec une grande interactivité. La taille du plateau, le nombre de plages et d’emplacements, tout est fait pour contraindre les joueurs à se marcher sur les pieds les uns des autres. Et ce sera souvent à force de coups tordus et de blocages qu l’on pourra asseoir sa position. Attention à ne pas avoir une trop grande domination sur le jeu, car les autres se ligueront avec leurs tikis contre vous. Un très bon jeu donc, au matériel de qualité et très prenant.

 

Quelques liens :

Site officiel

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

%d blogueurs aiment cette page :