Pix

avr 29
Posted by

Nous vous présentons aujourd’hui une sympathique petite boîte cubique qui aura le bon goût d’égayer vos soirées et d’animer vos zygomatiques. Pix fait partie de ces jeux simples, rapides, funs et amusants, souvent appelés « party games ». Edité par Gameworks en 2012, c’est un jeu de laurent Escoffier et David Franck. Il se classe dans cette nouvelle série de « jeux de dessin  mais où il n’y a pas besoin de savoir bien dessiner pour s’en sortir ». De plus, Pix est une véritable ode à l’informatique des années 80 et aux affichages pixelisés.C’est un jeu pour 4 à 9 joueurs, dès 8 ans, pour des parties de 30 à 40 minutes, un contexte très familial donc.

La boîte donne tout de suite le ton, puisque tout y est fait en pixels, avec de gros carrés bien visibles ; jusqu’à la forme de la boîte elle-même, cubique. En l’ouvrant, on tombe sur un matériel assez surprenant avec une série de plateau magnétiques représentant des grilles de 9 cases sur 9. Chaque joueur va en prendre un, ainsi qu’un stock de 20 carrés noirs qui collent dessus appelés pixels ; il prendra aussi un pixel rouge et une petite flèche rouge. En fonction du nombre de joueurs, on constitue des « équipes » ou plutôt des groupes de joueurs (parce que c’est un jeu individuel et non par équipes).

On distribue une petite carte carrée à l’un des membres de chaque groupe de joueurs, qui va y lire le premier mot indiqué puis la passer à chacun des autres membres de son groupe. Une fois que chacun a lu le mot figurant sur la carte, les joueurs vont tenter de le dessiner sur leur grille à l’aide des pixels à leur disposition, en tentant d’en utiliser le moins possible. Le tout en gardant leurs tableaux cachés. Dès qu’un joueur a terminé, il crie Pix et met en route le sablier qui donne donc le temps restant à chacun pour finir son dessin.

A la fin du sablier (ou avant si tout le monde a terminé), il est temps de passer à la phase de reconnaissance des dessins. Chaque joueur va tout d’abord indiquer combien de pixels il a utilisé pour son image ; la flèche rouge compte ici pour 2 et le pixel rouge pour 4. Celui qui a utilisé le moins de pixels pourra montrer son dessin aux membres du ou des autres groupes. Et ceux-ci auront le temps d’un sablier pour trouver ce qui est représenté. Si l’un d’entre eux y parvient, il gagnera, ainsi que le dessinateur, 1 point (matérialisé par un cube noir). Sinon, le jouer suivant en nombre de pixels montrera lui aussi son plateau et à nouveau on aura le temps d’un sablier pour reconnaître l’image ; en cas de réussite, c’est lui et non pas le joueur précédent qui marquera le point avec celui qui a trouvé. Si le dessin n’est pas troué avec les tableaux de tous les joueurs du groupe, ceux-ci lisent alors l’indice figurant sur la carte et les autres ont à nouveau un sablier pour trouver, permettant de faire marquer un point au découvreur uniquement et non aux dessinateurs. Et si personne ne trouve, aucun point n’est attribué. On procède ensuite de la même manière pour les autres groupes de joueurs.

On va ensuite faire de même avec le deuxième mot de la carte. Puis on va faire tourner les tableaux magnétiques ; comme ils sont de différentes couleurs, cela forme de nouveaux groupes. Et on recommence avec une nouvelle carte.

Après avoir passé un certain nombre de cartes, la partie s’achève et il suffit de voir quel joueur a récupéré le plus grand nombre de cubes noirs.

Pix est un jeu simple donc dans son principe. mais qui peut très vite s’avérer ardu si l’on souhaite représenter par exemple un plongeoir, un tracteur, une fusée ou autres avec ces quelques pixels. Plus que le réel talent artistique des joueurs, c’est leur imagination qui va être mise à contribution. Sans compter que l’économie de moyens est importante si l’on souhaite augmenter ses chances de marquer des points. Au-delà de la simple tentative de représentation des mots, il y aura toute la réflexion de tenter d’assurer le coup en utilisant davantage de pixels pour rendre le tout plus lisible ; tout en prenant le risque que les autres en utilisent moins et dévoilent donc leurs tableaux en premier. La révélation des plateaux ainsi que les tentatives pour trouver ce qui est représentée constituent toujours un grand moment d’éclats de rire. A Pix on s’amuse et on rigole. Il ne faut pas chercher le grand jeu de stratégie, ici le fun prime. Et c’est une franche réussite!

 

Quelques liens :

Sur le site de l’éditeur

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

Règles en vidéo

%d blogueurs aiment cette page :