Qwirkle

sept 16
Posted by

Ce jeu de Susan McKinley Ross au nom presque imprononçable sorti en 2006 a fait un gros carton, surtout depuis sa ré-édition en 2010 chez Iello, en particulier en raflant le Spiel des Jahres 2011 (sans compter d’autres prix et nominations). Il s’agit d’un jeu abstrait pour 2 à 4 joueurs, au principe de base très simple, mais qui recèle des trésors de tactique et de réflexion. Il s’adresse à des enfants dès 6 ans, pour des parties annoncées d’environ 45 minutes (tout dépend du temps que chaque joueur va passer à réfléchir sur son coup). Il s’agit tout simplement d’aligner des tuiles de même symbole ou de même forme pour marquer un maximum de points.

Le jeu se compose de 108 tuiles. Chacune est illustrée d’un symbole en une couleur. Il existe 6 symboles et 6 couleurs, ce qui fait donc 36 tuiles différentes. Chaque joueur va commencer la partie en prenant devant lui 6 tuiles du sac, qu’il va cacher aux yeux des autres. Celui qui peut faire la plus longue ligne de la même couleur ou du même symbole jouera en premier. Il est interdit d’avoir deux fois le même symbole dans une ligne de même couleur, et à l’inverse on ne peut pas avoir deux fois la même couleur dans une ligne de même symbole , ce qui fait que chaque alignement ne peut contenir que 6 tuiles maximum.

A son tour, un joueur va donc placer une ou plusieurs tuiles sur un même alignement (pas de mouvement en L ou autre) en se joignant à ce qui est déjà posé et complétant ainsi par la couleur ou le symbole une ligne existante. Le joueur marquera alors autant de points que le nombre de tuiles composant la ligne agrandie (une ligne de tuiles vertes comporte déjà trois tuiles ; si je rajoute une tuile verte d’un symbole n’y figurant pas encore, je vais marquer 4 points). Si la ou les tuiles posées s’insèrent dans plusieurs lignes qui s’entrecroisent, on marquera les points de toutes ces lignes. Si l’on complète une ligne pour la terminer avec ses 6 tuiles, on marquera alors 12 points en faisant un Qwirkle. Après avoir joué, le joueur reprend dans le sac ce qu’il lui faut de tuiles pour en avoir à nouveau 6 devant lui.

A la place de poser une ou plusieurs tuiles, un joueur peut en défausser. Il va alors mettre de côté les tuiles qu’il ne veut plus, en repiocher le même nombre dans le sac, puis glisser dans le sac celles qu’il a écartées.

Une fois qu’il n’y a plus de tuiles dans le sac, la partie continue jusqu’à ce qu’un joueur pose sa dernière tuile. Il marque alors un bonus de 6 points et la partie s’arrête. Celui qui a le plus de points a gagné.

Le jeu s’avère très simple et très accessible. Il peut cependant vous amener à bien réfléchir de par les différentes possibilités qu’il offre, et la recherche du coup optimal assurant un maximum de points. Chercher à poser un Qwirkle ou au contraire s’arranger pour ne pas en laisser faire à ses adversaires devient aussi une stratégie, tout comme le fait de compter les tuiles (3 de chaque sorte dans le jeu) afin de savoir quels coups sont encore possibles. Un petit jeu abstrait au fort potentiel, aux parties prenantes et tendues.

 

Quelques liens :

Sur le site de Iello

La fiche Tric Trac

La fiche Boardgamegeek

La règle du jeu en vidéo

%d blogueurs aiment cette page :