Rampage

avr 21
Posted by

Avec Rampage, le message est clair. On est ici pour s’amuser sans se prendre la tête. Pour une fois, un jeu avec plein de meeples (ces petits pions en forme de personnages) n’est pas là pour vous faire chauffer les neurones. Librement inspiré de l’antique jeu vidéo du même nom, Rampage vous fait diriger des monstres dans les rues d’une ville avec comme seul but de la détruire et d’en manger le plus possible (immeubles comme habitants). Ce jeu de Ludovic Maublanc et Antoine Bauza, fort joliment illustré par Pierro, est sorti en 2013 chez Repos Prod. Ce sont 2 à 4 joueurs dès 8 ans qui pourront s’y affronter dans des parties d’environ 30 minutes. Un jeu très familial qui s’adaptera même aux plus jeunes et/ou aux moins joueurs en retirant par exemples les cartes lors des premières parties.

La boîte de Rampage est grosse et lourde. Il faut dire qu’elle est chargée d’un matériel conséquent. Le plateau de jeu en 3 parties à assembler, avec ses éléments en relief représentant les emplacements des immeubles. Toute une série de tuiles en carton épais pour faire les étages. Un énorme paquet de meeples de différentes couleurs représente les habitants de la ville. Des monstres et véhicules en bois, des cartes, des paravents et un petit plateau secondaire viennent compléter le tout, sans oublier l’inévitable livret de règles.

Après avoir assemblé le plateau, il faudra patiemment préparer la ville. Chaque immeuble est construit en mettant 4 meeples par étage puis en faisant reposer une tuile dessus. Ce qui peut s’avérer un peu fastidieux est en fait un bon moment pour découvrir les nombreux détails humoristiques agrémentant tuiles et plateau. Quand la ville est prête, chaque joueur prend un monstre à sa couleur (le corps et les pattes, qu’il dispose dans l’un des coins du plateau), le paravent adapté qu’il orne de quatre dents en carton (en plus des deux déjà dessinées de base), et une carte de chacun des 3 types.

Le tour de jeu d’un joueur est simple et se décompose en quelques éléments rapides. Le jeu va donc avancer de manière fluide, chaque joueur résolvant à son tour divers éléments, à commencer par l’exécution de deux actions. Je peux effectuer deux fois la même ou alors deux différentes, parmi les 4 possibles :

  • Pour me déplacer, je soulève le corps de mon monstre, ne laissant sur le plateau que le rond formant les pattes que je vais faire avancer d’une pichenette. Il faut prendre garde aux rebonds car des pattes sortant du plateau font perdre une dent. Je replace ensuite le corps du monstre sur ses pattes.
  • Je peux user de mon souffle dévastateur sur mon environnement. Pour cela je pose mon menton sur la tête de mon monstre et je souffle très fort (sans postillonner) sur le jeu.
  • Je peux m’attaquer à un immeuble pour peu que mes pattes touchent le trottoir qui l’entoure. Je prends alors le corps de mon monstre, le soulève (en gros d’une hauteur de boîte) au-dessus de l’immeuble en question, et le laisse retomber.
  • S’il y a un véhicule dans le même quartier que moi, je peux le lancer. Il suffit de le placer sur la tête du monstre et d’effectuer une pichenette.

A tout moment pendant ces actions, si je fais tomber un autre monstre, je lui casse une dent ; je prends une des dents placées sur son paravent et la place derrière le mien. Le corps du monstre blessé est alors gardé hors jeu jusqu’à son prochain tour, lui évitant ainsi de se faire démolir entièrement entre deux de ses tours.

Une fois mes deux actions effectuées, je peux dévorer avec joie toute tuile d’étage d’immeuble vide, sur laquelle plus rien ne repose. Je la pose alors derrière mon paravent, ce qui correspond à l’estomac du monstre.

Si des meeples ont été éjectés hors du plateau pendant mes actions, je les place sur le plateau secondaire, appelé plateau de fuite. Il a deux faces, avec des manières un peu différentes de fonctionner. Mais en gros lorsque l’on en remplit une zone, on subit un effet négatif ; et s’il est plein, le jeu se termine.

Ensuite je peux passer à table, à savoir manger des meeples qui sont au sol, hors des ruines ou de bâtiments entiers, et dans le même quartier que moi. Le nombre maximum de meeples mangés correspond au nombre de dents dont on dispose encore (de l’intérêt donc de ne pas perdre de dents et d’en enlever aux autres). C’est ensuite au joueur suivant d’effectuer ses deux actions et ainsi de suite.

Chaque joueur dispose d’une carte de chacun des 3 types pour la partie, qui vont influencer sa manière de jouer. En effet chaque monstre est doté d’un caractère (qui lui permettra de marquer des points d’une manière particulière en fin de partie, en plus des points standards), d’un pouvoir (une capacité spéciale qui le rend unique et est valide tout au long de la partie), et d’un mega pouvoir spécial (un pouvoir unique caché à la vue des autres joueurs et qui s’active une fois par partie). Ces cartes ont le gros avantage de permettre de varier les monstres.

La partie se termine soit lorsque le plateau de fuite est rempli, soit lorsque tous les étages ont été mangés. On compte alors les points… Le meilleur moyen de marquer des points est de se rappeler qu’un monstre en bon santé a un régime équilibré. On marque en effet 10 points par série de 6 meeples de couleurs différentes ; les meeples hors de ces séries ne rapportent aucun point (ceci vous forcera à une certaine stratégie en cours de partie). On gagne aussi 1 point par tuile étage mangée et 2 points par dent cassée aux autres monstres. Sans oublier les points dus aux cartes caractère. Le joueur avec le plus de points remportera donc la partie.

Fun, amusant, extrêmement interactif, avec une super ambiance et un mélange habileté/tactique, Rampage est un jeu un peu particulier… et une franche réussite. Un jeu qui se destine à un très large public et qui provoquera d’agréables moments et des parties épiques.

 

Quelques liens :

Sur le site Repos Prod

Fiche Tric Trac

Fiche Boardgamegeek

La règle en vidéo par l’un des auteurs

 

%d blogueurs aiment cette page :